© 2019 • AUNEUF • Mentions légales

Doctolib.png

Pratiquer l'autohypnose

Voici une démarche d’autohypnose et quelques techniques de travail que vous pourrez faire seul.e. Ces techniques, proches des démarches de méditation, vous permettent de poursuivre le travail effectué en séance ou de retrouver, quand vous en avez besoin, un état de détente et de relaxation profonde. Car vous savez désormais que vous pouvez faire confiance à votre inconscient, et donc à votre intuition, lors d’une séance d’hypnose… c’est exactement la même chose en autohypnose.

Vous pourrez bien sûr vous laisser aller à essayer d’autres méthodes, celles que vous voudrez inventer par exemple : choisissez surtout la façon de faire qui vous convient le mieux. La seule limitation sera celle que vous vous fixerez ! Votre imagination va pouvoir déborder : laissez faire, laissez aller… Votre inconscient fera ce qui est bon pour vous, au moment présent.

L’autohypnose

Pourquoi ?

L'autohypnose consiste à pratiquer seul.e l’état de conscience modifiée (hypnose, ou "transe hypnotique") que vous avez connu durant nos séances, pour retrouver voire amplifier leurs bienfaits. Le but de l’autohypnose est de pouvoir vous rendre autonome sur le sujet que vous avez travaillé, et faire perdurer les effets des séances réalisées ensemble si besoin. Je vous ai déjà expliqué comment fonctionne l’hypnose (cet état d’absorption), et vous l’avez expérimenté vous-même : il vous sera donc facile désormais de pratiquer de façon autonome ! Bien sûr, précisons que les bienfaits de l'hypnothérapie résultent avant tout d'une relation singulière entre le patient et le thérapeute, que l'autohypnose ne peut remplacer à elle seule.

Qui ?

Tout le monde peut pratiquer l'autohypnose. Mais vous, vous avez un temps d'avance : vous connaissez déjà l'hypnose ! En séance d’hypnose, je vous guidais par ma voix ; vous allez maintenant vous guider vous-même grâce à votre dialogue intérieur : la voix que vous pouvez entendre quand vous pensez ou lisez. Cette voix intérieure pourra s’estomper lors de la transe. En vous adressant à vous-même, vous pourrez utiliser votre prénom ou vous tutoyer par exemple. Un accompagnement musical doux peut aussi favoriser la transe hypnotique, induire directement certaines émotions... Si vous le souhaitez, choisissez parmi les musiques, ambiances musicales ou bruits de la nature, ou toute musique que vous appréciez et qui favorise la relaxation (des applications sur téléphone, vidéos ou musiques en ligne se trouvent très facilement).

 

Quand ?

Vous pouvez pratiquer l’autohypnose à tout moment de la journée qui vous semblera bon. Prenez un temps pour vous, ou profitez d’un creux dans votre journée, un moment de pause, ou un moment où votre cerveau se calme naturellement… La séance peut durer de 10 à 20 minutes, voire plus longtemps si vous en avez envie. Avec l’entraînement vous pourrez retrouver très rapidement votre état de transe hypnotique et faire des séances très courtes, par exemple, avant une action importante.

 

Comment ?

Vous pouvez être assis.e ou allongé.e voire même debout. Votre posture doit vous permettre de vous détendre dans une position confortable et sans tension, mais également de rester alerte et attentif.ve. La posture peut être relaxée ou tonique. Certain.e.s peuvent ressentir une raideur du corps lors de la transe, d’autres plutôt un relâchement. Vous pouvez, assis.e sur une chaise, adopter une posture telle que précisée dans certaines approches méditatives ; par exemple : assis.e avancé.e sur la chaise pour dégager le dos, pieds bien posés au sol, mains sur les genoux, épaules relâchées vers l’arrière, poitrine ouverte, tête bien en équilibre flottant sans effort, la nuque longue et détendue (imaginer un ballon tirant sur le haut du crâne), menton légèrement rentré, regard dirigé légèrement vers le bas fixant un point précis devant vous. Mais vous pourrez aussi être plus relâché.e, comme lors de vos séances en hypnothérapie, ou encore expérimenter d’autres postures, qui vous conviennent même si elles peuvent paraître insolites.

 

Où ?

Installez-vous confortablement dans un endroit tranquille, idéalement où vous ne serez pas dérangé.e. Mais il peut être également intéressant de faire des séances dans un lieu extérieur : dans un parc, bercé par les sons de la nature ou les bruits de la ville, au bord d’une rivière, ou encore dans un endroit pouvant paraître moins inspirant a priori ou moins calme, comme une gare, un restaurant, où vous profiterez d’un temps d’attente. Vous pourrez faire l’exercice de réduire le bruit environnant ou de le transformer (les sons extérieurs deviennent de plus en plus lointains à mesure que vous vous concentrez sur votre voix intérieure, les bruits et les dialogues entremêlés deviennent d'autres sons, etc.).

 

Les étapes

 

D’abord, déterminez et formulez votre objectif

 

Vous allez faire une séance d’autohypnose pour répondre à un objectif ; cet objectif peut être de différentes natures : clarifier vos pensées, vos ressentis, mieux écouter ou apaiser vos émotions, percevoir des pistes de résolution face à une situation qui vous pose problème, prendre ou conforter une décision, retrouver un état de relaxation, prolonger les bienfaits d’une séance d’hypnothérapie… L’objectif peut donc être une phrase, ou une question.

 

Avant de commencer, il est donc utile de prendre un instant pour penser à ce que vous attendez de votre séance et de formuler, pour vous-même, une question ou un souhait. Important : exprimez cet objectif en termes positifs, car l’inconscient n’aime pas la négation (si je vous dis par exemple "Ne pensez pas à un lapin blanc"… que voyez-vous ?). Ainsi, plutôt que de penser à "ne pas angoisser", penser à "se détendre"...

 

 

Et c’est parti…

Pour débuter, il est important que le corps se relâche, se détende… C’est ainsi que l’esprit (l’inconscient) pourra prendre le dessus et s’ouvrir au dialogue hypnotique. Une fois installé.e, prenez une lente et profonde inspiration puis relâchez une grande expiration, que votre corps et votre esprit associeront symboliquement à l'entrée en transe. Vous pouvez observer un objet, un point, ou ce que vous voulez juste en face de vous, idéalement quelque chose placé un peu au-dessus du niveau des yeux. Ce point que vous fixez va peu à peu vous sembler flou à mesure que vous respirerez lentement, vous pourrez vous concentrer sur ce que vous ressentez à l’intérieur de vous, de façon libre et naturelle, et il vous semblera que tout l’environnement change, semble lointain, inhabituel, car vous entrez déjà dans un début d’hypnose. Quand vous sentez que votre état intérieur a changé, que votre attention est modifiée, alors fermez les yeux naturellement…

 

  • Induction de l’état hypnotique

 

Vous pouvez par exemple commencer par "scanner" votre corps, de la tête aux pieds ou l’inverse, et focaliser votre attention sur chaque partie de votre corps, lentement. Vous pouvez également faire attention à votre respiration (son rythme, son bruit) ou aux sons extérieurs sans y prêter attention : ce qui compte, c’est votre voix intérieure.

 

Lorsque vous parlerez d’une partie de votre corps, faites comme si cette partie du corps était extérieure à vous-même ("cette main, le souffle, les yeux, etc.") ou comme si quelqu’un d’autre parlait de cette partie de votre corps : ("ta main, ton souffle, tes yeux, etc.") plutôt que "ma main, mon souffle, mes yeux…" Cela induit une "dissociation" (se percevoir comme de l'extérieur, être spectateur de la scène), ce qui favorise la transe. 

 

 

  • Début de la transe hypnotique

 

Quand vous sentirez que votre état est encore un peu plus profondément modifié, le travail en duo avec votre inconscient peut commencer!

 

Lors de l’entrée en transe, visualisez mentalement votre objectif comme vous l’imaginez naturellement, instinctivement : un objet qui existe ou que vous inventez, sur une plage de sable que vous connaissez ou que vous imaginez, dans une bulle de savon qui flotte simplement devant vous, ou que vous tenez entre vos deux mains, peu importe. La première image qui vous viendra sera la bonne, car c’est votre inconscient qui aura débuté le travail. 

 

En continuant à focaliser votre attention sur votre objectif, vous pouvez ensuite laisser cette image mentale se transformer, naturellement, librement. Pas de règle à suivre, laissez faire votre intuition guidée par votre inconscient. Quelles que soient les pensées qui peuvent surgir, ne cherchez pas à les chasser ni à les contrôler, mais laissez-les passer et revenez visuellement et en dialogue intérieur à votre objectif, que vous continuez à contempler et à entendre, ressentir. Ne faites rien de particulier. Laissez-vous simplement aller à ce qui vous vient. "Regardez passer" vos pensées. Vous pouvez renforcer votre ressenti par un dialogue intérieur positif. Vous pouvez repenser à une histoire que je vous ai racontée en séance ou simplement à quelques mots ou quelques images qui vous ont marqué.e.

 

Faites confiance à votre "esprit non-conscient" à qui vous avez confié votre objectif, les réponses qui vous viendront pourront prendre la forme de pensées, de sensations ou d’intuitions. En bref, laissez-vous aller : "autorisez votre inconscient à faire ce qu'il a à faire, comme il doit le faire". Puis, vous pouvez passer directement à la phase "retour" (voir en fin de page), ou alors poursuivre de différentes manières (voir ci-dessous)…

 

  • Approfondissement de l’autohypnose

 

Si vous avez le sentiment que vous êtes en "surface", mais aussi pour "ancrer" plus profondément le travail hypnotique que vous faites, vous pouvez utiliser une des deux méthodes suivantes pour approfondir votre transe hypnotique.

 

L’union des doigts : portez votre attention sur votre main droite ou sur votre main gauche et écartez vos doigts de manière à ce qu’ils ne se touchent pas. Tout en focalisant votre attention sur votre objectif et en le laissant évoluer naturellement, tentez de visualiser le mouvement de rapprochement des doigts, par exemple le pouce et l'index qui se rapprochent lentement... très lentement... à une vitesse imperceptible. Le principe n'est pas de forcer votre esprit en lui donnant un "ordre", simplement penser très fortement à ce rapprochement, comme si vous vous le suggériez à vous-même. Pensez et visualisez qu'ils se rapprochent de plus en plus... toujours plus... lentement… Alors lentement, les doigts se rapprochent, et lorsqu’ils se touchent, votre objectif peut se transformer, prendre une autre forme encore. Les sensations peuvent se modifier aussi. Laissez faire ce qui vient à votre esprit…

 

La lévitation du bras : portez votre attention sur votre bras droit ou sur votre bras gauche. Tout en focalisant votre attention sur votre objectif et en le laissant évoluer naturellement, tentez de visualiser de gros ballons attachés par des ficelles à votre poignet, et qui tirent sur votre main en la soulevant progressivement. Comme pour l'union des doigts, le principe n'est pas de forcer votre esprit en lui donnant un "ordre", simplement penser très fortement à ce rapprochement, comme si vous vous le suggériez à vous-même. Alors, la main devient légère, très légère… de plus en plus légère... et peu à peu, la main commence à se soulever... lentement... légère comme une plume, la main se soulève de plus en plus... tout le bras est comme aspiré par la force de ces ballons qui tirent sur le poignet... le bras monte, légèrement... à son rythme... et la main s’approche imperceptiblement du front... Bientôt, elle va toucher le front... et lorsque la main touche le front... une solution ou un dénouement peut vous être suggéré par votre inconscient, et être enregistré dans votre tête, transmis directement dans le cerveau, ancré pour les jours et les semaines qui viennent. Laissez votre main s’attarder quelques instants sur votre front si nécessaire. Les sensations peuvent se modifier encore. Laissez faire ce qui vient à votre esprit… Laissez ensuite votre main redescendre, à son rythme (en général un mouvement plus rapide qu'à la montée). La durée de cet exercice varie selon les personnes et les états intérieurs du moment.

 

 

  • Retour à la réalité

 

Au bout d'un certain temps, vous aurez le sentiment de n’avoir plus rien à creuser ni ajouter à ce dialogue interne, et vous pourrez reprendre naturellement conscience. Vous pourrez alors reprendre conscience de votre respiration, et compter lentement de 1 à 3… et rouvrir les yeux lorsque vous prononcerez mentalement le chiffre 3. 

 

Prenez ensuite le temps de revenir à la réalité, vous étirer, cligner des yeux, bouger les doigts, les pieds… Vous vous rendrez compte que 10 à 20 minutes se sont écoulées. Reprenez une activité qui vous permet de penser à autre chose. Avec le temps, remarquez les effets bénéfiques, les changements agréables, ainsi que votre capacité à faire face aux choses ! Les premières fois, vous éprouverez peut-être des sensations de transe légère mais cela n'a pas d'importance et vous ressentirez tout de même les bienfaits de vos auto-séances. Il n'y a pas d'effet secondaire indésirable avec l'hypnose. Le "pire" qui puisse vous arriver, est qu'il ne se passe rien de particulier...

 

 

 

A vous de jouer... et de prendre du plaisir !